Vivre vegan : trucs et astuces

Matelas en mousse à froid, cadre en bois assemblé sans colle d’os, draps en fibres végétales : voici un lit vegan.

Si l’alimentation vegan est déjà entrée dans les mœurs, la tendance gagne aujourd’hui l’habitat. Renoncer au cuir, à la soie ou à la laine n’est guère compliqué au vu des nombreux substituts disponibles.

Selon les dernières estimations, près de 340 000 personnes en France auraient une alimentation vegan, et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Le fait que tant de stars renoncent complètement à consommer des aliments d’origine animale n’y est pas pour rien. Citons par exemple Miley Cyrus, Natalie Portman, Demi Moore, Russell Brand, Gwyneth Paltrow, Leonardo DiCaprio ou encore Johnny Depp. En France, c’est le cas d’Aymeric Caron, de Nabilla, de Brigitte Bardot et de Philippe Starck, entre autres. Et si Patrik Baboumian, sacré « homme le plus fort d’Allemagne » en 2011, n’est pas aussi célèbre, il est sans doute l’un des vegans les plus costauds.

Qui dit manger vegan, dit meubler vegan
Si les adeptes du véganisme sont bien motivés par des raisons de santé, ils invoquent avant tout des préoccupations éthiques. « Aucun animal ne doit être exploité pour mon alimentation », revendiquent-ils. Se pose alors la question du logement : un canapé en cuir, des coussins en plumes avec housses en soie…Tout cela est-il vraiment compatible avec une alimentation vegan ?

De nombreux meubles et objets de décoration contiennent des produits d’origine animale : une évidence, lorsqu’il s’agit d’un canapé en cuir ou d’un tapis en laine. Mais les ingrédients animaux peuvent également se cacher dans la peinture ou dans les meubles en bois si la colle utilisée est à base d’os.

Des substituts à portée de main

Cuir : cuir synthétique haut de gamme

Laine : coton, lin ou microfibre

Plumes : fibres synthétiques ou kapok

Rembourrage : mousse à froid

Tapis en laine : jute, sisal, viscose ou coton

Cire d’abeille : cire de soja ou de colza

De nombreux créateurs ont déjà commencé à tenir compte des besoins spécifiques des végétariens et vegans, en s’attachant d’abord à un lieu clé : la cuisine. En effet, manger beaucoup plus de légumes et d’aromates impose de revoir sa façon de cuisiner. En collaboration avec Gaggenau, Cosentino, Franke et Dornbracht, le fabricant de meubles Team 7 a ainsi développé le « vooking », un concept fascinant avec wok intégré par défaut au piano.

De nouvelles collections pour la maison
Au fond, il n’est pas si difficile de trouver des meubles ou de la décoration totalement exempts de produits animaux, à condition de faire l’effort de se renseigner. Pour faciliter la vie des vegans, certaines enseignes, à l’image de Höffner avec la gamme « Switch », conçoivent des collections spéciales. D’ailleurs, les magasins d’ameublement ne devraient pas tarder à proposer des rayons dédiés aux articles vegans, à l’image des supermarchés.

Mais que faire alors des meubles non vegans déjà installés chez soi ? Les utiliser le plus longtemps possible, puis les remplacer par un équivalent vegan, pour rendre ainsi hommage au sacrifice initial de l’animal.

Faites part de vos goûts !

Vous avez déjà voté !