Tapis : de l’art au sol

Un tapis verdoyant comme un gazon anglais, et d’aspect délicieusement confortable. Voici Ines, dessiné par Maja Johansson pour Kasthall.

Le styliste exerce son art sur un chevalet en laine vierge : le tapis. Des créateurs de renom nous glissent des revêtements toujours plus originaux sous les pieds.

La nouvelle génération de carpettes n’a plus rien à voir avec les anciens tapis persans de nos grands-parents. La modernité s’empare du sol. Les fabricants s’enhardissent et les motifs rivalisent d’originalité : les stylistes jouent avec le relief, les couleurs et les matériaux. Les fabricants de meubles, eux aussi ,sont toujours plus nombreux à inclure des tapis de stylistes dans leurs collections. On hésiterait presque à marcher dessus !

Un sol haute couture
Pour habiller les sols, les tapissiers s’inspirent volontiers des codes de la mode et de la haute couture. Ainsi, l’Allemande Michaela Schleypen, à l’avant-garde du mouvement, brode au point de croix des motifs folkloriques en laine sur ses œuvres. Son homologue italienne Paola Lenti revêt le parquet d’élégants cordages tricotés. De son côté, le styliste Jaime Hayón tranforme ses tapis en tissu, réalisés pour Nanimarquina, en œuvres surréalistes.

Le clin d’œil réinterprété
Les tapis modernes font la part belle à la réinterprétation des motifs historiques. Arabesques et parures classiques ou stylisées de type gabbeh opèrent ainsi un retour en force au XXIe siècle. Depuis longtemps déjà, les motifs ne se limitent plus aux deux dimensions. Le marché du tapis haut de gamme s’approprie la troisième dimension.

Il joue avec les textures et le toucher, à grand renfort de variations de relief, de diversité des matériaux ou de contraste entre fils de chaîne et de trame. Souvent, les motifs ne sont pas reconnaissables au premier coup d’œil ; c’est ce qui fait tout leur charme.

Motifs duveteux et kilims modernes
Les tapis en relief sont un pur régal pour les yeux comme pour les pieds, surtout lorsqu’ils sont recouverts d’un velours épais et moelleux. Jadis très prisée, cette catégorie de tapis subit pourtant la concurrence des tapis ras, qui structurent l’espace de façon simple et nette.

Le kilim fait ainsi son grand retour… remis au goût du jour, bien entendu. Les stylistes suédoises de Front le réinterprètent avec originalité pour le fabricant espagnol Gan, adoptant des motifs purement géométriques aux couleurs vives.

Autre nouveauté : les tapis d’aujourd’hui mélangent laine, feutre et même fibres synthétiques. Le feutre, autrefois décrié pour son caractère petit-bourgeois, puis considéré comme un effet de mode, a fini par s’imposer durablement. Ce produit naturel issu de la laine, aux couleurs pastel, est devenu la coqueluche de tous les grands fabricants et stylistes.

Du plus sobre au plus puissant : hissez les couleurs
Les couleurs douces sont en vogue, avec des effets d’aquarelle tout droit sortis des années 1950 : turquoise rafraîchissant, vert tendre, ivoire raffiné ou encore rose pâle. Cependant, le gris et les tons naturels dominent également les collections.

Les audacieux opteront quant à eux pour des teintes tendance plus vives : vert, bleu ou jaune. Un nombre croissant de fabricants proposent des tapis sur mesure, permettant à chacun de choisir la nuance qui habillera son plancher. Aujourd’hui plus que jamais, originalité et individualité sont les maîtres mots.

 

Par Tanja Müller

Faites part de vos goûts !

Vous avez déjà voté !