« Prière de toucher ! » : tel est le mot d’ordre d’une nouvelle tendance, celle de la décoration sensorielle.

Lors de la « Biennale Interieur », le designer Vincent van Duysen a présenté une box minimaliste dont la clarté est estompée par des matériaux naturels.

Il y a des modes qui s’imposent haut et fort. Ce fut le cas du rose fluo, par exemple, qui sera suivi en 2017 par la couleur verte. D’autres s’imposent peu à peu pour finalement devenir incontournables, comme la « décoration sensorielle » qui ne tourne pas autour d’une caractéristique claire, mais d’un parti pris subtil : faire en sorte que nos meubles et objets de décoration éveillent nos sens par des matières et finitions qui flattent la vue et le toucher.

Décortiquons cette tendance pour découvrir comment se l’approprier.

 Béton poreux, marbre froid, bois rugueux, velours douillet : ces temps-ci, les designers s’en donnent à cœur joie avec tous types de matériaux. À commencer par le Suisse Dimitri Bähler, qui a récemment élaboré la gamme d’accessoires « Volumes, Patterns, Textures and Colours », déjà récompensée. D’apparence discrète, ses objets en céramique, avec leurs reliefs, leurs surfaces brossées et leurs textures assumées, n’en invitent pas moins au toucher. Même le concours à renommée mondiale « Marianne Brandt » s’est penché il y a peu sur les effets que peuvent produire les matériaux. Le designer francfortois Jonathan Radetz y a récemment présenté son tapis « Annapurna » : avec ses matériaux aux reflets variables, qui produisent un effet différent selon l’endroit où l’on se place, cette création rappelle un décor de monts et de vallées. « Il est certes possible d’immortaliser des paysages de montagne par la photographie. J’ai, pour ma part, voulu en représenter un de manière abstraite par le biais d’un tapis réalisé en fibres naturelles aux effets visuels changeants, explique l’artiste. Je tenais à solliciter plus qu’un sens. » D’autres partagent cette approche, notamment le studio de design britannique Custhom avec son tissu « Contour » mêlant imprimés graphiques et feutre de laine brut. Il en résulte un relief et, partant, une véritable expérience sensorielle pour qui le touche.

Les designers et frères Ronan et Erwan Bouroullec évoluent eux aussi dans le sens de la décoration sensorielle : la dernière table qu’ils ont créée fait la part belle au toucher et leurs modèles de la gamme « Copenhague », élaborée pour Hay, sont revêtus de plaques de linoléum, un matériau particulièrement lisse. Mais cette tendance est également très prisée des stylistes et autres décorateurs d’intérieur. Deux des meilleurs d’entre eux, Ilse Crawford et Vincent van Duysen, ont récemment été récompensés à ce titre : Ilse Crawford, architecte d’intérieur, ancienne rédactrice en chef d’Elle Deco et promotrice de la décoration sensorielle à travers divers ouvrages tels que « Sensual Home » (éditions Rizzoli), a reçu le titre de « Créateur de l’année 2016 » lors du salon parisien « Maison et objet ». Vincent van Duysen, quant à lui, a été récompensé lors de la « Biennale Interieur », dans la ville belge de Kortrijk. Dans toutes ses créations, ce designer d’origine belge renonce aux fioritures, ornements superflus, couleurs et imprimés, préférant miser sur la puissance des matériaux : il aime associer brut et raffiné, chaud et froid, traditionnel et moderne, s’inscrivant ainsi parfaitement dans la tendance actuelle.

L’appartement et concept store situé Graanmarkt 13, à Anvers, offre un parfait exemple d’intérieur sensoriel, puisque c’est Vincent van Duysen, surnommé le « Material Man », qui l’a décoré : on y trouve une architecture ordonnée, des formes épurées, des matériaux palpables et des couleurs estompées. Le message sous-jacent : se sentir chez soi, ce n’est pas être dans un lieu précis, mais ressentir quelque chose de profond.

Suivez ces quelques conseils simples pour vous approprier cette tendance.

  • Multipliez les couches
    Remplissez vos espaces couche par couche de rideaux, tapis, meubles, luminaires en tous genres, bibelots, livres, plantes d’intérieur, etc. Élargissez votre vision des choses : il ne suffit pas de quelques meubles pour « meubler » une pièce, ni d’un seul matériau pour éveiller les sens. Le secret : panacher.
  • Habillez
    La tendance n’est plus au nu : parez vos fenêtres de rideaux douillets et vos murs de revêtements en bois ou de décorations en laine, qui font leur grand retour. Vous rendrez ainsi votre intérieur plus chaleureux tout en ménageant vos tympans, car l’acoustique de vos pièces sera améliorée.
  • Dorlotez vos pieds
    Les pieds sont des zones très sensibles. Alors, chatouillez, flattez, dorlotez vos plantes de pied et vos sens avec des revêtements agréables au toucher, comme du parquet brossé ou des tapis moelleux en matériaux naturels de qualité. Pour une réflexologie plantaire quotidienne et à domicile !
  • Misez sur le confort
    Bien entendu, les meubles doivent avant tout être pratiques. Un fauteuil, par exemple, est fait pour qu’on puisse s’asseoir dessus. Mais s’il offre en plus une expérience sensorielle, c’est encore mieux, par exemple avec un coussin en textile et fibres de plastique, ou avec des bras en bois naturel.
  • Flattez vos sens
    Même dans les domaines traditionnellement masculins, comme l’électronique, une certaine douceur est de mise depuis un certain temps : les enceintes Cecilie Manz pour Bang & Olufsen, par exemple, sont revêtues de textile et dotées de poignées en cuir. Alors, ne vous contentez plus d’accessoires purement fonctionnels !

Mais alors, nos intérieurs sont-ils de nos jours de parfaits petits nids douillets ? Rarement : les exigences en termes d’aspect perdurent, tendant encore et toujours vers un look épuré. Mais ils sont maintenant plus cosy. Le designer de produit francfortois Jonathan Radetz l’exprime en ces termes : « Aujourd’hui, c’est souvent simplement le ressenti qui permet de faire la distinction entre une imitation et le matériau réel. Ainsi, le linoléum reste toujours froid, tandis que le bois est chaud au toucher. Pour le marbre, c’est l’inverse : une plaque de marbre artificiel est toujours plus chaude que la pierre authentique. Mais ce qui est nouveau, à mon sens, c’est que beaucoup de gens recherchent l’expérience de l’authenticité. Peut-être que nous décorons de nouveau nos intérieurs pour nous, et que cela nous tient donc plus à cœur ».

Un article de Janina Temmen

Faites part de vos goûts !

Vous avez déjà voté !