Nouvelle série : les stars de l’ombre 1er épisode : interrupteurs, prises & Co

Nouvelle série : les stars de l’ombre 1er épisode : interrupteurs, prises & Co

Généralement discrets, les poignées de portes et de fenêtres, plinthes, interrupteurs et prises n’en sont pas moins des éléments de décoration à part entière. Découvrez comment choisir les modèles qui s’intégreront parfaitement à votre intérieur.

 

Peu d’éléments de décoration nous sont aussi souvent utiles que les interrupteurs, que nous actionnons à n’en plus finir. Mais les choisissons-nous aussi soigneusement qu’un fauteuil ou des façades de meubles de cuisine, que nous utilisons en revanche bien plus rarement ? C’est bien connu : plus on est petit, moins on est pris au sérieux. Et pourtant, les interrupteurs et autres prises font eux aussi partie intégrante de la décoration. Le nombre de modèles disponibles est faramineux, ce qui ne simplifie pas leur choix. Comme toujours, trois critères sont à considérer : la forme, le matériau et la couleur.

 

La forme : les bords arrondis, très prisés dans les années 80 et 90, se sont peu à peu raréfiés au profit des angles aigus, typiques de l’architecture contemporaine. Mais la nouvelle tendance se profile déjà avec la gamme « R.1 » de Berker et ses arrondis encore plus prononcés, qui rappellent les années 70.

 

Le matériau : plastique uniquement ? Plus maintenant : on trouve à présent des interrupteurs et prises en métal, en bois, en verre, et même en ardoise, en cuir ou encore en béton. De quoi permettre à chacun de choisir le matériau qu’il trouve le plus agréable au toucher et qui se mariera au mieux avec sa décoration, qu’elle soit sobre ou extravagante.

 

La couleur : certes, il n’est pas encore possible de personnaliser ses interrupteurs au point de choisir une teinte sur un nuancier, du moins en tant que particulier. Mais nul besoin d’aller jusque-là : nos photos dévoilent l’immense palette de couleurs parmi lesquelles chacun peut faire son choix.

 

L’esthétique ne doit toutefois pas être un frein à la technique. À ce propos, l’interrupteur-poussoir mis au point par GIRA en 1966 a fait l’effet d’une vraie révolution en termes de confort et de maniabilité, car contrairement à ses prédécesseurs rotatifs et à bascule, il peut être actionné avec le coude, par exemple, si l’on a les mains prises.

 

Place à présent aux nouvelles technologies avec les interrupteurs dits « intelligents », des dispositifs compacts renfermant des modules de commande programmables et polyvalents. Ces nouveaux modèles sont aussi innovants d’un point de vue esthétique, puisqu’ils rassemblent en un petit boîtier tous les composants qui nécessitaient jusqu’ici de multiples interrupteurs pour de grandes pièces et un éclairage varié.

 

Faites part de vos goûts !

Vous avez déjà voté !