Brico écolo : un portemanteau fabriqué avec des planches et des fourchettes

Vous aussi, vous avez envie de fabriquer un portemanteau original ? Un jeu d’enfant grâce à nos instructions !

Pour ce troisième volet de la série « Brico écolo », nous présentons la création d’une apprentie chez Hamberger : un portemanteau tendance à partir de quelques chutes de sol et de vieux couverts.

L’idée

Ce n’est pas en regardant la télé que Magdalena Kaiser a eu l’idée de tordre des couverts : du haut de ses 18 ans, l’apprentie secrétaire est bien trop jeune pour avoir connu l’animateur Uri Geller, qui arrivait prétendument à tordre des cuillères par la seule force de sa pensée dans les années 1970. Non, c’est d’Internet que vient son inspiration, et plus précisément d’une photo de crochets fabriqués à partir de fourchettes tordues, vue sur Pinterest. « On doit bien avoir des vieilles fourchettes à la maison ! », s’est-elle dit. Voilà comment est née l’idée d’un portemanteau associant couverts et chutes de revêtements de sol. L’upcycling, ou surcyclage en français, est à la portée de tous. Mais comme Magdalena a cassé quelques dents à ses fourchettes en essayant de les tordre, elle conseille d’en prévoir environ deux fois plus que nécessaire. Vous n’avez pas de vieux couverts ? Qu’à cela ne tienne, vous en trouverez pour quelques euros sur n’importe quel marché aux puces.

Le matériel

  • 1 planche (sombre ou claire)
  • 4 fourchettes (+ 2 à 4 au cas où)
  • Adhésif
  • 8 vis
  • Outils : mètre, perceuse, scie, marteau, étau et/ou tenailles

Étape 1 : Découper la planche

Mesurez la longueur de la lame de parquet et coupez-la en quatre tronçons égaux.

Étape 2 : Tordre les fourchettes

Commencez par donner aux fourchettes la forme souhaitée. Pour plier les dents, le plus simple est de serrer le couvert dans un étau et de le tordre à la main ou à l’aide d’un marteau. Si l’étau laisse des marques sur le métal, vous pouvez les effacer en martelant a posteriori. Une paire de tenailles peut aussi suffire pour tordre la fourchette. Après les dents, le manche : Magdalena a utilisé un tuyau de fer pour obtenir la courbure de la fourchette. Tout objet rond et solide, évidemment de la taille de la fourchette, fera l’affaire.

Petit conseil : la fourchette se plie plus facilement et risque moins de se casser si vous la chauffez au préalable, par exemple à l’aide d’un chalumeau.

Étape 3 : Fixer les crochets

Les fourchettes sont vissées en haut de la planche de bois. Pour cela, commencez par mesurer celle-ci et par marquer au crayon l’emplacement des vis. Fixez ensuite les crochets, en utilisant deux vis par fourchette. Pour faciliter le perçage, vous pouvez pointer les trous au préalable à l’aide d’une vrille et d’un marteau. Positionnez le foret sur le petit trou ainsi créé, cela lui évitera de déraper. Ébavurez les perçages avec du papier de verre pour éliminer tout éclat métallique.

Étape 4 : Fabriquer le support

Vous pouvez maintenant assembler les trois autres chutes de parquet au panneau supérieur avec les crochets. Il est bien entendu possible de découper la planche selon la forme désirée : une robe, chez nous. Pour cela, dessinez la forme sur les planches, puis désolidarisez-les et recoupez-les une à une, à la scie égoïne ou sauteuse.

Étape 5 : Ponçage et trous de suspension

Passez au papier de verre toutes les lames de parquet afin d’obtenir un revêtement lisse. Percez deux trous en haut à droite et à gauche de la planche pour l’accrocher.

Étape 6 : Assembler et coller

Pour finir, vous devez réassembler les quatre lames de parquet et les faire tenir ensemble à l’aide d’un adhésif au verso.

Résultat : une pièce originale, chic et bien pratique ! Rien d’étonnant donc à ce que ce portemanteau trône dans les bureaux de Hamberger, où il est utilisé au quotidien.

Faites part de vos goûts !

Vous avez déjà voté !