Aussi détendu qu’un sultan

Aussi détendu qu’un sultan

Les activités possibles dans les hôtels de bien-être sont aussi variées que… les chameaux dans le désert peut-être ? Quoi qu’il en soit, il semble bien qu’une caravane ait un jour pris un embranchement vers Saalbach-Hinterglemm et laissé derrière elle une imposante auberge alliant des éléments alpins, urbains et orientaux à une oasis exotique véritablement axée sur la détente et l’évasion.

 

C’est notre nez qui nous met d’abord sur la voie. À peine les portes coulissantes s’ouvrent-elles que nous parviennent déjà des senteurs orientales, des parfums d’encens et des fragrances épicées : des effluves discrètes mais présentes, mêlant clou de girofle, anis, cannelle et autres odeurs similaires. De douces senteurs semblant émaner du temps de la légendaire route des épices nous conduisent à la réception. Les premiers turbans nous accueillent. Serait-ce un mirage ? Des ingrédients enivrants ont-ils été mélangés à l’encens ? Bien sûr que non ! Ces coiffes ne sauraient être plus occidentales. Ce sont des serviettes enroulées autour de cheveux mouillés et ceux qui les portent ne déambulent pas en caftan, mais en peignoir. Le remarquable espace bien-être (distingué notamment par le Relax Guide, qui lui a attribué 15 points et 2 lys dans le cadre du Spa Award) reste encore à explorer. Mais pour commencer, nous sommes chaleureusement accueillis.

 

« Celui qui se connaît lui-même et les autres,

Reconnaîtra aussi ceci :

L’Orient et l’Occident

ne peuvent plus être séparés. »

 

Installés devant cette citation de Goethe issue du Divan occidental-oriental, nous dégustons un thé Chaï avant de procéder aux inévitables formalités administratives. Arriver, respirer profondément et prendre son temps – ici, dans cet hôtel qui réinvente le temps (« Time Design Hotel ») comme le décrivent les hôtes, seuls le stress et l’agitation ne sont pas les bienvenus.

 

Ce lieu, fondé par la fratrie Stefan, Andrea et Martin Sommerbichler dans la vallée de Saalbach-Hinterglemm dans le land de Salzbourg, se propose d’être le « caravansérail des Alpes » le temps d’un week-end. Le développement d’un tel concept par ce trio ne relève aucunement du hasard. Tout d’abord, c’est ici que leurs parents géraient autrefois le « Blumenhotel Tirolerhof ». Mais surtout, ils dirigeaient également une entreprise de transports en Iran et amenaient leurs enfants au cours de leurs voyages. « On imagine aisément à quel point ce monde étranger, coloré et merveilleux a pu nous impressionner », se souviennent les enfants Sommerbichler. Lorsqu’ils prirent la relève, ils transposèrent rapidement ce concept d’hébergement venu de l’Orient dans leur univers alpin. Il fallut alors deux années pour que leur vision ne devienne réalité en 2009 : un caravansérail dans les Alpes de Kitzbühel, où les voitures dans le parking souterrain remplacent toutefois les chameaux…

 

Nous sommes donc toujours à la réception. Notre regard divague entre d’épais tapis, des meubles en bois au style urbain rectiligne et un superbe sol carrelé. Un autre rituel devrait faciliter la transition entre notre quotidien et cet univers exotique où le temps s’est arrêté. Nous devons choisir parmi une sélection de savons naturels artisanaux aux parfums envoûtants celui que nous préférons utiliser dans notre chambre. Lavande,

fleurs des champs ou herbes des près ? « Ils sont tous faits maison », nous assure Elisabeth Breitfuß, responsable de la réception. Qu’il s’agisse des huiles de massage, des peelings naturels ou des savons, l’équipe met elle-même la main à la pâte en veillant à utiliser des ingrédients de choix : des huiles de plantes bio, des huiles essentielles ou des herbes bio provenant du jardin de l’établissement ou de la région.

 

Notre chambre double n’est pas particulièrement grande, 20 m² environ, mais elle offre une vue grandiose ! Elle donne à l’arrière sur le Reiterkogel. Les randonneurs (ou les skieurs en hiver) seront comblés ! Le parquet en chêne dégage une sensation de bien-être qui incite à marcher pieds nus. Un escalier en colimaçon conduit à une coquette galerie équipée d’une cheminée à l’éthanol. Dans la salle de bains en pierres gris ardoise, une étagère en bois joue les contrastes en apportant une touche de chaleur agréable. Le marron, le beige et le rouge donnent le ton dans ce refuge empreint de beauté et d’élégance, sans extravagance. Et bien que nous inspections la chambre avec des yeux aussi affûtés que Sherlock, le caravansérail n’a pas été conçu pour les pantouflards ! « Réinventer » le temps, c’est en définitive ne pas se laisser gagner par le stress, mais profiter de chaque minute. Pénétrons donc sans attendre dans les 2 500 m² de l’espace bien-être, appelé « Amber-Spa », en référence à cette substance mystérieuse issue de la mer, qui développe un parfum reconnaissable entre tous sous l’influence de la lumière et de l’air. L’ambre était autrefois si précieux que l’on pouvait l’échanger contre de l’or, nous expliquent nos hôtes. Tout cela est fort prometteur. Il ne reste plus qu’à enfiler le peignoir qui nous attend et qui sera le « dress code » de notre séjour dans cet établissement, du petit-déjeuner au snack de l’après-midi.

 

Nous entrons dans un univers voluptueux et riche de contrastes. Des lanternes orientales diffusent une douce lumière tandis que des sièges futuristes apportent une touche de modernité. L’espace bien-être en chiffres, ce sont : deux bassins, un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur (chauffés toute l’année), dans lesquels l’eau crée d’agréables jeux de couleurs ; sept saunas, un hammam ; deux espaces d’hydrothérapie « Kneipp » (à l’intérieur et à l’extérieur) ; un jardin tropical intérieur avec douche ludique ; une fontaine glacée dans l’espace « air pur » ; cinq oasis de détente ; un grand jardin moderne ; un bar « bien-être » où l’on peut se procurer de l’eau de source, du jus, du thé et de quoi grignoter sainement ; voilà ce que l’on trouve à l’étage inférieur et au rez-de-chaussée.

 

Sur le « pont panoramique », dont le nom s’inspire volontairement des paquebots de croisière, nous attend un autre espace bien-être à l’air libre, avec sauna en vieux bois finlandais, terrasse assortie de bains de soleil, espace détente avec panorama, lits à baldaquin dans le jardin de roseaux en terrasse ou tonneau rafraîchissant. La vue reste cependant la principale attraction. Le sommet du Schattberg ou le Zwölferkogel semblent n’être qu’à un jet de pierre. Alors que nous nous prélassons au soleil, la station Skicircus Saalbach Hinterglemm Leogang n’a pas encore mis en marche ses remontées mécaniques. En cet automne chatoyant, le domaine avec ses 200 km de pistes est encore vert et se parcourt à pied. (Un circuit découverte que nous entreprendrons une autre fois et qui comprend des panoramas exceptionnels jusqu’aux Dolomites ou jusqu’à la Jakobskreuz qui s’élève à 30 mètres dans la vallée voisine de Pillersee accessible à pied.) Aujourd’hui, nous descendons à nouveau, nous plongeons nos orteils dans l’étang naturel et faisons le tour du lac du Caravansérail, protégé par des pins, des cèdres, des rhododendrons et des genévriers.

Certes, on ne peut pas vraiment parler de promenade. Et pourtant, la faim commence doucement à se faire sentir. Le caravansérail des Alpes reste fidèle à son concept jusque dans la cuisine. Devant l’espace libre du restaurant, un bazar à épices coloré et parfumé rappelle les conquêtes culinaires de l’Orient. Il suffit de jeter un œil sur le menu remis par Jan Müller (le maître d’hôtel extrêmement prévenant et d’une éloquence charmante) pour voir transparaître à la fois l’évidence et le génie : « Orient meets Modern Alps » (L’Orient rencontre les Alpes modernes). Nous sommes accueillis par ce slogan, qui est aussi le nom du menu Gourmet du soir composé de 5 plats, proposé par le chef de cuisine Christian Oblak. Des spécialités du land de Salzbourg sont associées à des plats exotiques venus de l’Orient. Des plats comme le « Canard glacé au miel, chou rouge aux pommes et knödels au lard », le « Dim Sum à la viande hachée sur un lit de chou chinois sauté » ou un « Rouget en décoction de gingembre accompagné d’orecchiette et de perles de légumes » le montrent : l’union de la tradition et de l’exotisme dans une casserole peut tout à fait aboutir aux créations les plus raffinées.

 

Choyé de la sorte, le corps prend alors une décision évidente. Devant la possibilité de fumer la chicha dans le salon des fumeurs en agréable compagnie, de savourer un dernier verre au bar ou d’aller directement rejoindre les bras de Morphée, c’est la fatigue qui l’emporte. Mais ce n’est pas grave. Une nouvelle journée s’offre à nous demain. Et la caravane ne reprend pas encore la route. Le temps semble s’être arrêté. Nous fermons les yeux pour rêver des mille et une nuits…

 

Contact :

Alpen-Karawanserai Time Design Hotel

Familie Sommerbichler

Dorfstraße 222

A-5754 Saalbach Hinterglemm

Tél. : +43 6541 6497

Fax : +43 6541 649768

welcome@alpenkarawanserai.at

www.alpen-karawanserai.at

Faites part de vos goûts !

Vous avez déjà voté !